« Retour à la liste des articles

Internet: Dr Jekyll ou Mr Hyde ?

Internet: Dr Jekyll ou Mr Hyde ?

Amour-haine, haine-amour, amour-haine, haine-amour… jamais les relations entre les citoyens et Internet n’ont été aussi compliquées et tendues.

Un tout récent sondage publié par le Département d’État des États-Unis révèle en effet que près d’un internaute sur deux s’inquiète tellement des menaces sur la vie privée et la sécurité qu’il utilise de moins en moins Internet et que cela l’a fait renoncer à effectuer en ligne des choses aussi basiques que poster sur les réseaux sociaux, s’exprimer dans des forums ou même effectuer des achats sur des sites d’e-commerce. On imagine les conséquences pour les banques, les distributeurs online et plus largement toute l’économie d’Internet… L’enquête est certes une enquête américaine, mais on peut parier qu’en France les résultats ne seraient pas éloignés. L’Observatoire Orange-Terra Femina (cf revue N° 9 sur la Data) avait bien montré l’appréhension des internautes français face à l’utilisation de leurs data…

Mais paradoxalement ces drôles d’animaux que sont les individus n’ont pas peur sur les réseaux de tout dire sur leur vie privée et de déballer au monde entier les moindres infos les concernant, oubliant que Docteur Jekyll pouvait se transformer en Mr Hyde. Faut-il pour autant quitter la toile ? Jamais le rôle d’Internet n’a été également aussi positif : accès gratuit à l’enseignement, éclosion de la démocratie participative, naissance de réseaux citoyens, développement de l’économie collaborative… Alors, peut-être faut-il tout simplement exercer notre esprit critique, exiger un pouvoir d’agir et jouer ainsi notre rôle de citoyen numérique.

L'oeil de l'expert avec Yan Claeyssen

La technologie est un « pharmakon », terme grec qui signifie à la fois le poison et le remède. C’est le paradoxe de toute technologie : elle apporte des bénéfices mais possède un côté obscur qui peut générer des craintes (les effets négatifs, la perte de contrôle, l’accident, etc.). Le côté obscur des technologies liées au Big Data, c’est notre crainte d’être « démasqué », « révélé », que notre comportement devienne « lisible », « interprétable » et « accessible » à tous. C’est la perte d’intimité et/ou de privacy. La blockchain est peut-être l’ultime solution offerte par la technologie pour dépasser cette crainte et protéger de manière irrévocable notre intimité et notre anonymat.

« Retour à la liste des articles